La maison

Musée vivant au cœur du Jura bernois.

Visite guidée du Banneret

Découvrez une époque et un art de vivre à travers la maison du Banneret Wisard, datant de 1535, au cœur de l’ancien village de Grandval, dans le Jura bernois.

La visite guidée permet de faire apprécier la construction au visiteur. Elle le conduit dans les méandres du bâtiment et de l’histoire. L’activité du fumoir et le développement des plantes du jardin donnent une image des travaux accomplis au rythme des saisons.

Nos visites sont sur rendez-vous. Mme Lucienne Lanaz, responsable des visites, vous accueille très volontiers pour une découverte d’environ 1 h 30. Vous avez également la possibilité d’utiliser notre Audio-Guide.

L’histoire du Banneret Wisard à Grandval

La maison dite du «Banneret Wisard» est une des plus anciennes demeures du Jura bernois et de la Suisse. Ce Musée vivant se situe sur le territoire de la commune de Grandval. Il fut la demeure du banneret Henri Wisard notaire à Grandval qui, en 1705, s’opposa avec succès au prince-évêque de Bâle pour garantir les privilèges de la Prévôté de Moutier-Grandval.

Sa construction est datée de 1535. Elle est la dernière représentante encore en fonction des fermes avec cuisine à voûte et sans cheminée traditionnelles dans cette région. Jusqu’à ce jour elle n’a connu ni l’eau courante ni l’électricité. Cette maison reconnue digne de protection par le recensement architectural de la commune de Grandval est inscrite sur la liste des biens du patrimoine classés du canton de Berne et figure dans l’inventaire suisse des biens culturels d’importance nationale (PBC). Elle se situe dans un périmètre également reconnu d’importance par l’inventaire des sites construits à protéger en Suisse (ISOS).

Spécificité

Ce qui est particulier à ce type de ferme est un plafond de cuisine constitué par une voûte en pierre. La fumée du fourneau et de l’âtre s’évacue dans la charpente par une plateforme de «rondelats» espacés formant plafond à l’arrière de la cuisine. La fumée qui se répand dans la charpente la préserve des atteintes des insectes et autres nuisibles. La majeure partie de la voûte est utilisée traditionnellement pour le fumage de la viande. Le fait que la cuisine du «Banneret Wisard»ait été utilisée sans modifications jusqu’à aujourd’hui explique que la charpente d’origine soit remarquablement conservée dans sa quasi-totalité.

La fondation

EN 1990, un groupe de personnes passionnées crée la «Fondation du Banneret Wisard». Celle-ci s’engage, en collaboration avec le Service des monuments historiques du canton de Berne, à restaurer l’ancienne bâtisse en respectant les particularités de son architecture et de sa construction. Parallèlement aux travaux de remise en état, d’amélioration et de maintien, elle a pour but d’animer les lieux, de faire revivre l’antique cuisine fumoir à viande, le four à pain, l’habitation et les dépendances du vieux rural.

La construction

Plan de la Maison du Banneret Wisard

Plan

Cette ferme de plan carré est construite sur piliers et sablières basses en bois, les murs sont en madriers. La charpente pyramidale à quatre pans est en grande partie encore originelle et date de 1535. Dès le XVIIe siècle, certaines parties en bois ont été remplacées par de la maçonnerie (cuisine, logements Sud et Nord).

La porte d’entrée située sous le devant-huis donne accès à la cuisine voûtée. Les fouilles archéologiques ont mis en évidence un grand foyer circulaire situé au milieu de la cuisine. A l’extérieur, sous un auvent, on observe la présence des restes d’un four à pain.

Au Sud, se trouve une grande chambre ouverte sur une plus petite dont les parois en lambris datent du début du XIXe siècle. Au Nord, se trouvent deux autres chambres dont une a conservé un fourneau à banc (1850). Dans cette chambre, un escalier étroit permet d’accéder à la chambre des valets à l’étage. Le rural occupe la moitié Ouest du bâtiment. Il se compose d’une grange accessible à l’origine par le devant-huis, d’une petite étable contiguë au logement et d’une plus grande étable à l’Ouest.

Analyse de la construction

Le service archéologique du canton de Berne a profité du chantier ouvert pour procéder à des fouilles en différentes parties de la maison.

Elles ont porté sur l’examen du sous-sol de l’intérieur de la maison et, respectivement, des sols du devant-huis et de l’auvent. Des fosses mises au jour permettent d’envisager l’existence d’une activité de travail du fer, éventuellement de fonte de minerai antérieure au XIVe siècle.

L’analyse dendrochronologique

L’analyse des cernes du bois de 60 échantillons prélevés dans la maison du «Banneret Wisard» a permis de dater la construction avec précision. L’âge des échantillons s’échelonne sans interruption sur une période de 401 ans.

L’historique de la construction

L’Étude des parois, des murs et de la charpente permet de conclure à différentes phases de construction qui vont du XIVe au XXe siècle.

La charpente est par contre d’origine. En résumé, on peut décrire les principales étapes de la construction, comme suit:

  • 1535 – Construction d’une ferme en bois, à charpente pyramidale sur poteaux et à parois de madriers, de plan carré, d’une grandeur de 17 m sur 17 m comprenant un devant-huis. Par la suite, remplacement des parois au Sud, au Nord et à l’Est de la cuisine par des murs en pierres.
  • XVIIe Siècle – Modifications des murs en pierre et construction d’une voûte sur la cuisine. Le mur Nord est rehaussé d’un étage. Suivent diverses modifications et améliorations comme l’introduction, dans un premier temps, d’un four à coupole (remplacé par l’aménagement d’un four à pain) ainsi que diverses améliorations de la cuisine à voûte, l’adjonction d’une chambre au Nord-Est sur deux étages, l’édification de murs en pierre entre les pièces au Sud.

Fritz Marti, le dernier habitant du Banneret Wisard

Fritz Marti (1897 – 1983) habitait dans l’unique maison de Grandval qui aujourd’hui encore ne possède ni cheminée, ni électricité, ni eau courante.

Depuis le départ de ses enfants et la mort de sa femme, il y vivait seul, avec ses quatorze chats. Ancien valet de ferme, il a consacré son temps, jusqu’à sa mort en 1983, à utiliser la voûte de sa cuisine pour fumer des saucisses et du lard pour les bouchers de la région. Il s’agissait de la dernière cuisine-fumoir à voûte en activité de la région.

Travailleur désintéressé, Fritz Marti trouvait un certain bonheur dans le contact avec les bouchers qui venaient interrompre la monotonie de sa vie quotidienne.

Fouilles archéologiques

Le service archéologique du canton de Berne a profité du chantier ouvert pour procéder à des fouilles en différentes parties de la maison.

Elles ont porté sur l’examen du sous-sol de l’intérieur de la maison et, respectivement, des sols du devant-huis et de l’auvent. Des fosses mises au jour permettent d’envisager l’existence d’une activité de travail du fer, éventuellement de fonte de minerai antérieure au XIVe siècle.

Rénovation

D’importants travaux de rénovation ont été effectués sous la surveillance du service des monuments historiques et de la conservation du patrimoine du canton de Berne.

EN 1995, une réfection totale de la toiture a eu lieu, avec couverture de bardeaux comme à l’origine.

Dans une deuxième étape (2000 à 2001), la restauration a porté sur les murs et l’intérieur du bâtiment. Le four à pain et le fourneau à banc ont été remise en état.